Drapeau français

Drapeau anglais

Accueil > Patrimoine nogentais > Richesses du patrimoine nogentais > Personnages célèbres à Nogent

Partager avec vos amis

Personnages célèbres à Nogent

Général Comte Jules de Saint Pol

Général de Saint PolIssu d’une vieille famille du pays, il possédait  le château voisin de Masles (Orne). Tué à l’assaut de la tour Malakoff pendant la guerre de Crimé le 8 septembre 1855,  il eut une statue en bronze à son effigie en 1857 par le sculpteur Debray. Sur l’une des faces du socle on lisait les armes des Saint Pol. Elle se situait sur l’actuelle place qui porte son nom mais en 1941 les Allemands l’ont fondue. Son corps repose en Crimée.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Paul Deschanel

Paul DeschanelLa rue Paul Deschanel était appelée rue des Près jusqu’en 1923.
La statue en face de l’Hôtel de Ville a été édifiée par Dubois en 1926, auparavant se situait une fontaine mise en eaux grâce au canal de l’Arcisse. Né à Bruxelles en 1855, filleul de Victor Hugo et mort en 1922 à Paris. Il a été député d’Eure et Loir de 1885 jusqu’en 1920 (pendant 7 mois puis démissionne) et Président de la République (11ème sous la Troisième République) . Il est tombé du train à Montargis dans la nuit du 23 au 24 mai 1920.

 

 

 

 

 

 

André Beulé

Abbé BeuléIl naquit en 1766 à Nogent, il fit ses études au petit séminaire à Chartres et fut ordonné prêtre en 1790.
En 1808 il est prêtre habitué à Nogent puis en 1811 il donna mission aux religieuses de se consacrer à l’éducation des sourds-muets. Il décéda à Nogent en 1839. Une chapelle fut reconstruite en  1853.
L’institut se situe au 86 de la rue Gouverneur, c’était autrefois le couvent des Ursulines  avant d’abriter en 1808 la communauté des sœurs de l’Immaculée Conception.

 

 

 

 

 

 

 

Jean René Meliand

Tableau à Saint Laurent(Margon 1782 – Nogent le Rotrou 1831) Après un apprentissage de 10 ans dans l’atelier de David (1748-1825), il revient à Nogent où il enseigne le dessin, l’aquarelle et la peinture. Il exécute des portraits de famille des châtelains de la région. Dans l’église Saint Laurent on peut voir le Martyre de Saint Laurent qui date de 1805.L’exactitude dans le dessin et le soin méticuleux apporté dans les détails caractérisent le talent de Méliand.

 

 

 

 

 

 

jean baptiste louis MoulinJean Baptiste Louis Moulin

Né à Nogent le Rotrou en 1817, peintre nogentais né en 1817 il fit de bonnes toiles sur différents quartiers et monuments de notre ville. Il fut embauché par le journal « l’Illustration » en 1849 et alla croquer des scènes de bataille de l’armée française durant la guerre de 1870. Il peignit aussi des vues pittoresques des vieux quartiers du mans, de Blois et de Vendôme. Il mourut chez lui rue de Nazareth en 1876.

 

 

Rémy Belleau

Remy BelleauNé à Nogent-le-Rotrou dans un site champêtre, Rémy Belleau complète à Paris, vers 1553, une formation dominée par l'amour de la poésie grecque. Intelligent sans surcharge d'érudition, il était avant tout «un homme qui plaisait».

Il rejoint bientôt le groupe du Collège de Coqueret (Pierre de Ronsard, Jean Antoine de Baïf, Joachim Du Bellay), cette première «Brigade» (troupe de jeunes auteurs enthousiastes, bientôt grossie d'une foule d'adeptes et d'imitateurs) puis la Pléiade (dans la «Brigade», Ronsard se plut à distinguer une «Pléiade») et publie en 1556 une traduction des Odes d'Anacréon: le succès de ce lyrisme léger, blasonneur de «petits» sujets est considérable. Bien qu'un peu sèche selon Ronsard, cette translation vient enrichir la «Brigade» d'un nouveau style; elle a pour elle la fidélité et l'exactitude qui en firent le succès. Le talent délicat et mignard de Belleau s'accommode bien de l'art d'Anacréon. Dans une veine proche, Belleau blasonne encore dans les «Petites Inventions».

Après avoir penché pour la Réforme, l'auteur se rallie au parti de ses protecteurs, les Guise. Précepteur à Paris de Charles de Lorraine, il résidera jusqu'à sa mort (1577) en l'hôtel de Guise.

En 1560, des Amours de Ronsard, paraissent acompagnés d'un commentaire de Belleau, témoignage d'une intime complicité poétique. Il fut l'ami sans nuage de Ronsard et l'on sait que «Belleau et Ronsard n'étaient qu'un, et que tous deux avaient un même coeur commun».

Ses poèmes personnels manquaient encore d'originalité et il fallut attendre 1565, où Précepteur chez l'un des Guise, le marquis d'Elbeuf, au château de Joinville, où il situe sa «Bergerie», chef-d'oeuvre de la poésie pastorale pour que se révélât sa veine, mineure mais personnelle. qui insufflent à ce recueil de structure académique un souffle d'air frais et d'authenticité. On y trouve de jolis tableaux de nature et plus d'une fois un sens réaliste de la campagne plus plaisant au lecteur d'aujourd'hui que l'allégorie politique qui s'y insère.

En 1576, paraissent Les Amours et Nouveaux Eschanges des pierres précieuses, vertus et propriétés d'icelles. Cette oeuvre, qui utilise la tradition des lapidaires, décrit les propriétés des pierres, raconte leur histoire, le mythe de leur origine.

Belleau est aussi l'auteur d'une comédie, La Reconnue (composée vers 1563 et publiée après sa mort en 1578, où, délaissant la grossièreté de la farce médiévale, il s'orienta vers la comédie de mœurs.

Selon certains le moins lyrique des poètes de la Pléiade, le plus pudique au dire d'autres, Rémy Belleau ne déborde certainement pas d'imagination et il imita plus qu'il ne créa, mais il demeure un orfèvre du verbe dont Ronsard écrivit: «Luy mesme a basti son tombeau dedans ses pierres précieuses».

Sa mort survenue en1577, fut l'occasion d'un hommage poétique exceptionnel, rendu par ses nombreux amis. Son charme avait conquis tous les cœurs – y compris celui de poètes rivaux, – au point qu'ils éditèrent, cette même année, le reliquat de son œuvre dans le Remigii Belloquei poetae Tumulus.

OFFICE DU TOURISME CANTONAL DE NOGENT-LE-ROTROU

9, rue Villette-Gâté - B.P. 80191 - 28400 NOGENT-LE-ROTROU

Tél. 02 37 29 68 86 - Site web : http://www.nogentlerotrou-tourisme.fr

Crédits - Mentions Légales - Cont@ctez-nous